La vie passée: les débuts de la chimie

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 46: un deuxième dimanche dans la semaine…

Le soleil accompagne les matins froids et la saison morte glisse sur nos champs, calmant les journées frénétiques. Bien qu’une superbe équipe cette année a rendu notre travail moins pénible physiquement (parce que, comme pour tous, le contexte ne laisse pas nos esprits en repos…). Les céleris sont presque rentrés et les carottes presque semées. 

Lire la suite…

La vie passée: l’enfance

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 45: l’attente

Rentrer les céleris, déblayer les serres, préparer pour les semis de carottes et espérer en une éclaircie. Tant que les marchés restent ouverts, notre quotidien ne sera pas trop bousculé. Pas vraiment d’inquiétude, même si nous constatons une augmentation du nombre de personnes positives au covid autour de nous. Nous pensons à tous ceux qui 

Lire la suite…

La vie passée: la quantité cultivée pour vivre

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 44: quand la pression redescend…

Une petite semaine de relâche dans les récoltes de stockage. Nous en profiterons pour planter la mâche et nos dernières salades avant de reprendre en janvier, car l’hiver n’est pas la saison favorite de la laitue, et souvent, en plus d’être petites, les maladies cryptogamiques se font un plaisir de liquider nos carrés sous serre. 

Lire la suite…