La vie passée: la pression immobilière

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 43: moments suspendus

Est-ce que le couvre-feu sera mis à profit pour cuisiner ou la vente à emporter sera à l’honneur ? En attendant de répondre à cette question (nos cernes confirmeront la préférence de chacun et notre stock de carottes aussi !), nous attaquons nos récoltes de stockage. Les betteraves ont servis de travaux pratiques pour l’école horticole à 

Lire la suite…

La vie passée : de mère en fille, la place de la femme

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 42: quand le temps s’accorde à la saison…

De la pluie lundi, de la pluie mardi, de la pluie mercredi, des rayons jeudi, de la pluie vendredi… comment vous dire… notre semaine était… pluvieuse, et nous, humides. Personnellement, j’ai trouvé un grand intérêt aux épinards sous serre pendant que certains s’amusaient à jouer à Tarzan dans les pommiers. Dommage que tout ne soit 

Lire la suite…

La vie passée: 1976

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 41: il pleut, il pleut… mais point de bergère!

Nous avions nos superbes imperméables verts, souvent le bruit de la pluie résonnant sur nos capuches, des coups de chaud quand le soleil pointait et transformait notre équipement en sauna, et appréciés que l’eau permettait à nos papiers de coller à nos caisses malgré le vent, alors qu’un temps sec emporte nos jurons si le 

Lire la suite…