Semaine 30: un été qui dévie en automne…

Un début de semaine studieux, avant de se focaliser très vite sur l’insolite et le merveilleux : un tapis de fleurs jaunes, une courgette qui rêve d’évasion, des morceaux d’enfance à ramasser dans le champ, et toujours l’aube qui éclaire nos esprits. Parce que cette année, la réalité n’est pas folichonne… entre l’actualité qui inquiète beaucoup, 

Lire la suite…

Semaine 29: juillet, les vacanciers… et les autres

Super Carlos est en vacances. Olivier revient des siennes. Nous essayons d’économiser le p’tit jeune pour qu’il survive à l’été dans les champs en le jetant dans la forêt de tomates à tailler. Et ma foi, il découvre l’utilité de désherber leurs pieds quand en cueillant, toutes les graminées qu’il a laissées 2 semaines plus 

Lire la suite…

Semaine 28: un été pas comme les autres…

Semaine qui ressemble à des vacances : nos premières échappées, un jour férié, des clients qui partent, nous qui séchons le marché et quelques amaps… il y aura plein d’heures consacré à l’herbe puisque nos Précieuses semblent bouder sérieusement. Nous les regardons, à peine rouge, contrariées du temps en bas de leur pied, se balançant doucement, 

Lire la suite…

Semaine 27: peut-être trop (de) choux…

Nous avons commencé notre semaine en plantant notre deuxième série de choux. Parce que, souvenez-vous, les altises avaient tout grignoté l’année dernière. Alors après renseignement, il semblerait que des choux plus forts survivaient au grignotage intensif de ces bêtes féroces. Bref nous avons semé la plus grosse partie 6 semaines avant notre date habituelle. Bien 

Lire la suite…

Semaine 26: se chatouiller l’poireau…

Vendredi, 8h30, après avoir bien commencé ma journée, le Grand Chef embraye le mode je-vais-tous-vous-enquiquiner-à-planter-mes-poireaux-aujour’hui. Alors le vendredi est consacré à cueillir pour les ventes, et APRES nous nous occupons des cultures. Naturellement, il manquait une personne (forcément, sinon il y a moins de plaisir). Naturellement, nous n’étions pas en avance. Et bien sûr, Nelson 

Lire la suite…