La vie passée: le fumier

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 49: préparer sa fin d’année…

Sous un ciel hivernal, nous plantons les choux pointus, et finissons de débarrasser nos tomates. Les serres semblent être un bon refuge pour les jours à venir, même si nous entamons nos périodes de ménage par le vide (eh oui, cela sent la fin de l’année !) Le planning est prêt pour 2021. Nous avons ajusté 

Lire la suite…

Semaine 48: et bientôt l’année se finira…

La mairie de Maisons Laffitte nous a ordonné d’arrêter le libre service. Bien ? Pas bien ? Peu importe. Maintenant, il y a plus d’attente, moins de personnes servies, nous nous touchons un peu plus, avons une extinction de voix le soir à force de monter le ton pour se faire entendre et comme il a fallu 

Lire la suite…

La vie passée: le travail des enfants

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 47: place au bricolage…

Nous étions cools. Nous savions que la fin de semaine serait un peu plus dense. Mais nous avions choisi de profiter de notre jour férié (enfin pas Carlos, car il a une passion pour la boue et la charge mentale d’une femme avec ses enfants quand il s’agit des légumes…) et craignons un peu que 

Lire la suite…

La vie passée: les débuts de la chimie

Parce que même si mes grands-parents ont commencé à cultiver en bio en 1970, nous sommes loin d’être parfait, et manquons de cohérence dans certains faits, car, oui, nous avons préféré notre confort et rêvé à l’absence de pénibilité dans notre travail… Et moi, Céline, je m’interroge sur le parcours fait en trois générations. De 

Lire la suite…

Semaine 46: un deuxième dimanche dans la semaine…

Le soleil accompagne les matins froids et la saison morte glisse sur nos champs, calmant les journées frénétiques. Bien qu’une superbe équipe cette année a rendu notre travail moins pénible physiquement (parce que, comme pour tous, le contexte ne laisse pas nos esprits en repos…). Les céleris sont presque rentrés et les carottes presque semées. 

Lire la suite…